Tahiti Polynesie en live

La Polynesie c'est mon fenua, Tahiti c'est mon ile, je vous invite chez moi. J'ai créé ce blog pour découvrir ou redécouvrir la Polynesie avec les yeux d'une tahitienne.

Pour plus de renseignements concernant la Polynésie française, inscrivez-vous au forum Tahiti Mania et posez vos questions.
=> S'INSCRIRE MAINTENANT <=

samedi 25 février 2006

L'ADSL en Polynésie

Ia ora na,

En Polynésie nous avons qu'un seul FAI (Fournisseur d'Accès Internet) qui est "MANA".
Dans le quotidien "La Dépêche", d'hier (24.02.2006) on nous annonce les prochaines baisses tarifaires de l'ADSL en Polynésie:

Les baisses annoncées pour juin (2006)

  • Le forfait 128 k devrait passer de 9 240 à 8 030 Fcfp

  • Le forfait 256 k passerait de 12 980 à 9 900 Fcfp

  • La baisse la plus importante devrait être consentie sur le forfait 512 k, le moins commercialisé, avec un nouveau tarif à 14 850 Fcfp (au lieu de 19 800)

  • Le forfait 128 k "light" ne change pas de tarif (4 950 Fcfp)

Pour info, 1 EURO = 119.33 Fcfp

A cette baisse tarifaire, s'ajoute un élargissement progressif du réseau ADSL aux autres archipels. Car pour le moment seules les îles de Tahiti et Moorea peuvent bénéficier de cette technologie.

Le quotidien a aussi publié deux autres petits articles dont je veux vous faire part.

Forfait 512 k : le maxi en Polynésie, le mini en Métropole

Les offres ADSL commencent désormais à 512 k en Métropole. En Polynésie, on a des wagons de retard. La majorité des abonnements Mana concerne le forfait 128 k. Les offres 512 k demeurent marginales. Et même si les prix ont considérablement chuté depuis deux ans, la comparaison avec la Métropole donne toujours le vertige. On s'abonne là bas à 512 k pour environ 3 000 Fcfp. Sur le fenua, c’est 19 800Fcfp (bientôt 14850 Fcfp). Plus de six fois plus cher! En Métropole, on atteint des connexions théoriques à 16 Mbps, 32 fois plus rapide qu'ici pour 3 580 Fcfp. Bref, l'ADSL local est très cher et relativement lent, en comparaison avec ce que l'on propose ailleurs. L'isolement, en plein milieu du Pacifique est souvent l'argument derrière lequel on se retranche pour justifier ces tarifs. Le projet de câble optique sous-marin devrait sortir le pays de ce retard.

"Les abonnements les plus chers et les moins performants au monde"

Le président Temaru avait tenu un discours édifiant au sujet de l'Internet en Polynésie, le 15 septembre 2005, lors de son discours d'ouverture de la session budgétai­re. Il avait alors dénoncé publiquement un "retard considérable en termes de coûts et de services à offrir aux entreprises, aux écoliers, aux étudiants, aux popu­lations éloignées et à nos visiteurs". Un "fiasco techno­logique grave de conséquences pour notre économie, notre système éducatif, pour le développement des ar­chipels et notre tourisme avait-il affirmé.

Son état des lieux à l'époque était très critique. "(...) Compte tenu des retards accumulés, nous avons enco­re les abonnements les plus chers et les moins perfor­mants au monde pour des services qui n'ont pas suivi les avancées technologiques. Il annonçait cependant que le ministre Vernaudon allait "y mettre bon ordre".

Depuis, des progrès ont effectivement été réalisés. L'ADSL "Light" est apparu. À moins de 5 000 Fcfp, il dé­mocratise l'accès. Mais point de révolution: la couver­ture ADSl et les vitesses réelles de connexion sont en­core très limitées.

Le projet de câble optique sous-marin, véritable serpent de mer, a refait surface en 2005. Le ministre des Télécoms a relancé l'étude. Coût de l'investissement: au bas mot 7 milliards. La mise en service pourrait in­tervenir en 2009. Les vitesses et qualités de connexion seraient alors largement supérieures à ce que l'on connaît aujourd'hui.

Ca aussi il faut le savoir, c'est une réalité.
Bisous

Posté par Quick à 15:02 dans la catégorie - Rétroliens [] - Permalien [Lien permanent vers ce message]
Votez pour ce sujet:

Permalien ou URL de ce message



 
BlogoTop 2.0 Travel blogs